Quels sont les grands principes de la blockchain ?

De wikidatamarketing
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Définition

Une Blockchain est une technologie qui permet de stocker et transmettre des informations de façon transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle. La Blockchain peut être vue comme une base de données partagé entre les utilisateurs, qui est enregistrée sous la forme de blocs (plutôt que rassemblée dans un seul répertoire). A chaque nouvelle transaction des données, un bloc est créé et couplé au bloc suivant par une signature cryptographique. Cela permet à la Blockchain d'être utilisée comme un registre distribué (ou registre partagé) avec un accès donné à tous les acteurs du réseau disposant des autorisations appropriées, via des clés privées cryptés. Ainsi , la Blockchain garantit sécurité, transparence et traçabilité des transactions, ce qui la rend attractive pour des secteurs variés.

Applications

Une des premières applications de la Blockchain est la crypto-monnaie Bitcoin proposée par une inconnue sous le pseudonyme Satoshi Nakomoto en 2009. L’Ethereum est la deuxième crypto-monnaie la plus importante dans le monde ; c’est aussi est un protocole d'échanges décentralisés permettant la création de contrats intelligents (Smart Contract en anglais) grâce à un langage Turing-complet. Jusqu’à présent, on avait besoin d’une gouvernance centralisée telle que les banques, les assurances et les gouvernements afin de sécuriser et confirmer l’identité des acteurs. Aujourd’hui, les Smart Contracts permettent de créer une confiance sans les interlocuteurs institutionnels et possèdent les propriétés nécessaires pour identifier les personnes engagées.

  • Finance : la majeure partie de l’industrie financière met en place un registre partagé afin d’accélérer les opérations financières ainsi que de baisser les prix des transactions.
  • Logistique : On retrouve l’application de Blockchain dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement logistique proposée initialement par Walmart pour contrôler ses commandes en porc chinois. L’intervention de chaque acteur de la supply chain (éleveurs, abattoirs, transporteur, etc.) ainsi que chaque transaction sont enregistrées sur un registre partagé.
  • Détection de contrefaçon dans l’Art et le Luxe : La Blockchain est aussi un moyen efficace pour lutter contre la contrefaçon ce qui la rend intéressante et applicable aux secteurs du luxe et de l’art. La technologie joue un rôle de certification numérique pour assurer l’authenticité des pièces. Par exemple, la start-up britannique Everledger propose la certification et le suivi des diamants ou ainsi la start-up française Monart a mis en place l’écosystème pour la gestion et traçabilité des œuvres d’art.

Freins

Malgré toute l’agitation autour de la technologie Blockchain, la jeunesse de l’écosystème soulève de nombreuses questions. Notamment, les algorithmes de décryptage sont lourds à calculer et de ce fait consomment une énergie considérable. Les utilisations de la Blockchain publique telles que le Bitcoin pourraient être limitées pour des raisons écologiques. Le registre partagé privé nécessite des moyens juridiques plus développés afin de légaliser les opérations.

Perspectives

La Blockchain reste une technologie prometteuse. La combinaison de la cryptographie et du registre partagé permet de créer une confiance entre les acteurs ainsi que de garantir la « privacy ». De plus, l’absence d'autorité centrale nous rapproche de la définition d'un système démocratique et garantit une façon simple de créer de la confiance.

Auteurs

Une contribution de Alina Krasnobrizha Maître de conférence et de Arnaud Contival, Président AI&Data, Membre du Turing Club